Emmanuelle Comtesse - Psychologue Clinicienne

La perversion

Fétichisme, transvestisme, voyeurisme, exhibitionnisme, sado-masochisme sont autant de comportements qui permettent d’accéder au plaisir sexuel, autrement que par le sexuellement correct coïtus, dont nous ne raffolons pas tous. Eh oui ! Ce n’est parce que vous prenez votre pied uniquement au lit, que d’autres n’ont pas besoin de déviances pour érotiser leur quotidien d’une façon parfois franchement salasse.

Pervers pour autant sommes-nous? Dans une certaine mesure, oui. Puisque avec la perversion, tout est question de degré. En revanche, un comportement pervers devient répréhensible par la loi lorsqu’il porte atteinte à la liberté et à l’intégrité psychique d’autrui. Vu ?

Historique

Du latin  perversus, qui signifie renverser, retourner, la perversion est tout d’abord considérée comme une déviation par rapport au coït admis comme un acte sexuel normal. Le pervers est un atypique qui obtient l’orgasme avec d’autres objets sexuels ou par d’autres zones corporelles que celles habituellement utilisées par ses congénères.

Avant Freud, d’autres auteurs se sont penchés sur la notion de perversion, et plus particulièrement sur celle de l’adulte. Dans « Trois essais sur la vie sexuelle », Freud propose une autre définition de la perversion qu’il considère comme faisant intégralement partie de la vie sexuelle. Ainsi, dès son plus jeune âge, l’enfant est-il un pervers polymorphe et la perversion envisagée comme une solution pour sortir de la crise œdipienne. Là, où le névrosé fait le choix inconscient du refoulement, le pervers fait celui du déni, mécanisme de défense principal de la perversion. En cela, la névrose est le négatif de la perversion, c'est-à-dire que le névrosé accepte les interdits en refoulant ses désirs sexuels, tandis que le pervers transgresse les interdits et parfois, la loi.

De nos jours, la perversion revêt plusieurs formes, puisqu’elle peut s’appliquer au sens moral, lorsqu’il s’agit de délinquance, ou encore à la nutrition en cas de boulimie et d’anorexie. Il est également courant de qualifier de pervers certains sujets qui témoignent d’une cruauté ou d’une malignité hors du commun. On admet donc communément que le pervers est un manipulateur qui nie les désirs et les besoins d’autrui au profit des siens. Ainsi, la perversion sexuelle ne serait-elle qu’une expression d’un comportement pervers qui consiste à se procurer du plaisir aux dépens de l’autre et en dépit de ses envies.

Symptômes

A quoi reconnaît-on une femme ou un homme pervers ? Tout d’abord, il déteste être seul. Non pas qu’il apprécie votre compagnie, mais il a besoin d’une proie, d’un objet à abattre, lentement, insidieusement, mais sûrement. Pas de coups de massue, donc. Trop direct pour notre pervers qui jouit du déclin de son partenaire, auquel il inflige quelques petites souffrances de-ci de là.

C’est ainsi qu’il s’aventure sur les sentiers tortueux qui le mènent à la jouissance que suscite votre déchéance morale et physique. Mais ça, vous l’ignorez encore. Car le paradis est pavé de mauvaises intentions et le pervers tue sans se salir les mains. C’est d’ailleurs de cette façon qu’il vous berne, vous, petite oie blanche un tantinet naïve qui répond à ses flatteries de vieux renard. Car vous êtes vulnérable et vous aimez que l’on redore votre nombril. De cela, le pervers s’en gargarise. Alors, il vous renifle, vous caresse dans le sens du poil et capte votre désir. Vous l’admirez parce qu’il est brillant, vous l’écoutez parce qu’il vous flatte, vous le choyez parce qu’il vous attendrit. Il a tant souffert, le pauvre ! Et c’est vrai que le pervers a sévèrement morflé. En d’autres temps, en d’autres lieux, lorsqu’il fut un enfant, il a lui-même été l’enjeu d’une dynamique perverse. Ne vous a-t-il pas rabattu les oreilles avec son enfance gâchée par des adultes qui abusaient de lui?  Si, si. C’est même cela qui vous a catapultée dans ses bras, car vous vous faites une mission de panser ses plaies d’enfant malade. Seulement voilà, le pervers est un ingrat : non seulement il ne vous dit pas merci, mais en plus, il vous pourrit la vie, comme on a pourri la sienne. Lorsque vous le réalisez, c’est trop tard, vous êtes fait comme un rat. Tandis que vous le plaigniez, il tissait sa toile et vous a capturée. Désormais, vous êtes sa chose avec laquelle il joue. Et plus il vous maltraite, plus vous vous cramponnez.

Pourquoi me faire ça à moi ? Vous demandez-vous. Parce que le miroir aux alouettes est une belle arnaque et qu'il vous a bien eue. Malchance de l’alouette déchue.  Car dites-vous bien une chose : pour le pervers, vous ne serez jamais un partenaire, mais une menace. L’amour, le désir, l’idée de créer un lien sont des notions qui éveillent le plus de haine chez lui. Sa vie entière vise à leur destruction. Beau programme, n’est ce pas ?

La femme perverse

La littérature et le cinéma fourmillent d’exemples de femmes perverses. Prenez la Marquise de Merteuil, l’héroïne des « Liaisons dangereuses » de Choderlos de Laclos dont le roman fut adapté au cinéma. On la dit perverse, démoniaque et perdue de vices. Pourtant, la Marquise ne recherche pas délibérément le mal. Si elle manipule les sentiments d’autrui, c’est aussi pour se protéger. Dans ce jeu-combat avec Valmont, sa partie adverse, la marquise demeure vigilante, l’esprit toujours en éveil, sans jamais faillir à la mollesse des sentiments. Elle devine que sa défaite lui coûtera sa liberté. Alors elle pique, elle flatte, elle griffe puis elle entortille sa proie. La Marquise sait qu’il lui faut des armes pour se défendre de sa condition de femme. C'est pourquoi elle utilise celles, redoutables, de la manipulation, de la parfaite maîtrise de soi et de l’offensive. En se faisant l’égale de l’homme, dont elle envie la puissance symbolique, la marquise feint de croire que la différence entre son rival et elle-même n’existe pas. Et c’est bien ce déni, mécanisme inconscient de la perversion, qui la protège d’une vérité insupportable.

Si la Marquise de Merteuil jouit de ses manigances et parvient à en tirer quelque satisfaction, il en va tout autrement pour « La pianiste » du roman de Jelinek, également adapté au cinéma par Hanecke. Erika, professeur de piano est froide, distante, hautaine et disciplinée. Cette femme de quarante ans se rend chaque soir dans un sex shop où elle hume en cachette des petites culottes. Sous le masque de glace, brûlent les braises d’une haine féroce, qu’elle voue d’abord à sa mère, puis ensuite à Walter, jeune élève qui lui fait l’affront de la courtiser. C'est ainsi que Erika ressent les choses du désir et de l’amour : comme une menace. La menace de perdre son identité entamée par une mère abusive qui la prive d’intimité. S’ensuit alors une relation sado-masochiste entre Erika et Walter, auquel elle voue en réalité une passion juvénile et ambivalente. C’est lui ou la mort, lui ou l’amour.

L’homme pervers

L’homme pervers, c’est Sade par excellence, dont les écrits débordants de cruauté font l’apologie du viol et de l’inceste. Mais c’est aussi, de façon plus subtile, Don Juan dont les parades visent à détourner les femmes de leur propre chemin pour les mener jusqu’à lui. Chacun, dans sa façon de séduire, procède au détournement de la loi et du droit, infligeant à chacune sa douce violence dont il se dédouane. N’est –il pas de discours plus pervers que celui qui laisse croire que la cruauté infligée est étrangère à toute décision personnelle ? Car pour nos deux héros, c’est la nature qui les oblige à jouir des plaisirs que leur procure l’autre sexe. Voilà pour l’homme pervers : il séduit, détruit puis se débine sans se faire prendre. Un sans foi ni loi, quoi !

Pervers, lorsqu’on vous indique la bonne conduite à tenir, vous opinez du chef, mais c’est pour mieux nous gruger.

En réalité, vous n’avez qu’une seule envie : nous faire la peau, à défaut de nous faire l’amour.

D’ailleurs, rien ne prédit votre savoir faire en la matière car vous ergotez plus que vous ne forniquez.

 

Emmanuelle Comtesse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CABINET

 

361 rue de Vaugirard
75015 Paris

 

tél : 06 15 61 96 39

 

 

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.

 

Psychologue clinicienne diplômée de l’université - Paris VII - DESS Psychologie clinique et Psychopathologie - DEA Sexualité et traumatisme - DU de Victimologie Université René Descartes Paris V - DU Prévention et Responsabilité Université Panthéon Assas Paris II - Certificat Thérapie systémique et familiale, formation Carole Gammer.
N° agrément D.D.A.S.S. (Adeli) : 759318496